Go to Top

A quoi sert la Business Intelligence ?

Business Intelligence

La Business Intelligence envahit nos vies de professionnels et de particuliers. Classiquement appelée informatique décisionnelle, elle aide les entreprises à se positionner de manière stratégique et tactique dans toutes leurs décisions managériales. Les particuliers en sont plutôt les cibles.

La Business Intelligence, comme son nom l’indique en anglais, consiste à trouver tous les moyens d’affiner les stratégies décisionnelles de l’entreprise par l’usage et/ou la mise au point d’outils informatiques capables de traiter des données variées. Ces données seront exploitées afin de créer des tableaux, graphes et autres camemberts, dynamiques ou pas, qui offriront un ensemble de visualisations portant des éléments de comparaison avec l’existant de l’entreprise, son histoire, sa concurrence, ses marchés, les qualifications de ses employés, etc.

Avec la multiplicité des données pouvant être prélevées sur les réseaux sociaux, le terme de Social Business commence à faire son apparition, tendant à faire travailler l’imaginaire et à faire fantasmer à la fois les patrons et les philosophes, chacun dans des voies évidemment radicalement opposées. En dehors des données issues des réseaux sociaux, il y a de nombreuses autres sources qui peuvent être des données commerciales issues de bases structurées ou de Big Data dont il faut pouvoir sonder la pertinence par rapport aux besoins de l’entreprise : données météo, données de trafic routier, données issues d’objets connectés dans les usines, entrepôts et autres supermarchés, etc.

Comment passer à la “BI”

Concrètement, comment se passe ce passage à la Business Intelligence ou à l’informatique décisionnelle ? En optimisant les processus métiers et en s’organisant pour que les données collectées soient capables d’être exploitées par l’ensemble des services qui pourraient en avoir besoin. Cela commence généralement par les services marketing et commerciaux avec le souci majeur de la valorisation des données de l’entreprise.

 

Lire aussi : Big Data, vous avez dit Big Data ? Quezaco ?

 

Trop d’information tue l’information, c’est bien connu et c’est un précepte impératif dont il faut tenir compte lorsqu’il s’agit de se créer des tableaux de bord destinés à prendre des décisions. Quelles données choisir, comment les collecter de manière qualitative ? On en revient au même problème que celui de la qualité de la presse : quel prix à la qualité de l’information ? Quelles sources, expertises et expériences permettent de donner les meilleurs indicateurs? Quel prix est-on prêt à y mettre pour être certains de gagner en qualité et du coup en efficacité?

Quels impacts sur les particuliers ?

Si les caisses enregistreuses des supermarchés sont une des grandes sources de données comportementales pour la grande distribution, l’usage d’Internet par les professionnels et les particuliers est devenu la plus grande source toutes données confondues. Pour exemple, avec au menu les cookies, les utilisateurs d’un navigateur Internet sont une cible privilégiée de la Business Intelligence des entreprises; les utilisateurs de services comme Booking et d’Amazon le constatent tous les jours, persécutés par leurs recherches, mais on voit aussi la même chose sur un réseau social comme Facebook dont le principe de vente de publicités repose sur le profil de l’utilisateur…

Outre les teneurs des données en termes d’intérêt pour la Business Intelligence de l’entreprise, il s’agira de tenir compte du système d’information qui sera mis en œuvre pour les stocker et les traiter : la Business Intelligence, véritable or noir de l’entreprise, passe aussi par la garantie de préserver les données et les services de traitement par les systèmes de sauvegarde appropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *