Go to Top

Cession et recyclage des smartphones et tablettes : comment protéger vos données sur appareils mobiles (1/3)

Comment protéger vos données sur appareils mobiles (1/3)

L’intérêt des consommateurs pour les appareils mobiles est bien connu des fabricants de smartphones et tablettes qui introduisent de plus en plus souvent sur le marché de nouveaux modèles caractérisés par des designs de plus en plus sophistiqués et des propriétés techniques extrêmement avancées.

L’évolution de ces appareils au fil du temps a été impressionnante. Le premier téléphone mobile « non-smart » était un appareil lourd et peu commode dont l’unique fonction était celle de téléphone. Aujourd’hui, ces appareils sont de véritables ordinateurs de poche, toujours connectés à Internet, beaucoup plus petits, légers et plus faciles à transporter que n’importe quel autre ordinateur portable.

Un stockage numérique qui augmente constamment et doit être protégé

Selon les récentes études réalisées par Gartner sur le marché du smartphone, le nombre de ventes mondiales réalisées en 2014 a dépassé un milliard d’unités ou, plus précisément, il a atteint 1,2 milliard, contre 970 millions de ventes enregistrées en 2013, soit une augmentation d’environ +30% (1).

Le marché des tablettes, quant à lui, s’en est moins bien sorti : Gartner a indiqué qu’en 2014, 216 millions d’unités ont été vendues et a estimé une augmentation toute relative pour 2015 avec environ 233 millions et pour 2016, 259 millions d’unités (2).

Néanmoins, d’ici 2018, plus de 50% des utilisateurs utiliseront des smartphones ou des tablettes comme principal outil de travail en ligne (3).

En tant qu’utilisateur particulier, nous ne réalisons peut-être pas et nous sous-estimons le fait que, dans cette mémoire, nous stockons désormais un nombre impressionnant d’informations sur notre vie personnelle et professionnelle et que celles-ci doivent être protégées avec attention, en particulier lorsque nous décidons de remplacer notre appareil par un produit plus beau et plus puissant.

Recyclage et vente : le marché des appareils reconditionnés

Lorsque nous souhaitons acheter le dernier modèle d’un smartphone ou d’une tablette, il arrive souvent que nous décidions de donner ou de vendre d’occasion notre ancien appareil, puisqu’il est toujours entièrement fonctionnel et n’a peut-être pas servi pendant plus de 2 ou 3 ans.

L’obsolescence technologique de ces appareils est en réalité très rapide : les dernières versions des systèmes d’exploitation nécessitent souvent un changement de matériel et les fabricants mettent de plus en plus l’accent sur des modèles légers avec des écrans plus larges et de meilleure définition, ainsi il est beaucoup plus tentant de se lasser de son appareil plus rapidement.

 

Lire aussi : Comment protéger vos données
sur appareils mobiles (2/3)

 

De nos jours, de nombreux individus sont intéressés par l’achat de smartphones et tablettes d’occasion. Certains magasins les achètent en payant le propriétaire d’origine une somme d’argent donnée en espèces. En outre, lors des campagnes marketing faisant la promotion de nouveaux modèles, il arrive que les fabricants eux-mêmes offrent une réduction pour le nouvel achat si le client leur apporte son ancien téléphone (c’est ce qu’on appelle le « junk trade »). La plupart des appareils, encore en excellente condition, seront testés sur le plan technique pour vérifier qu’ils soient en bon état avant d’être revendus d’occasion : l’idée est bonne étant donné qu’elle permet de protéger l’environnement et de réduire le nombre de déchets électroniques.

Le marché de l’appareil mobile reconditionné se développe rapidement. Gartner estime que, d’ici 2017, ce marché vendra 120 millions d’unités reconditionnées à de nouveaux utilisateurs pour un volume des ventes total de 14 milliards de dollars(4). Cette croissance est extrêmement intéressante si vous considérez qu’en 2014, Gartner avait enregistré un volume de 56 millions d’unités et un chiffre d’affaires de seulement 7 milliards de dollars.

Quelles données devons-nous protéger ?

Nul ne serait heureux de savoir que l’acheteur de son ancien appareil pourrait avoir un accès complet à tout ce qu’il a enregistré sur son smartphone ou sa tablette, mais c’est bel et bien ce qui se passe si nous ne nous astreignons pas à retirer tous les contenus.

Si nous n’effectuons pas un effacement complet des données, nous laisserons n’importe qui voir nos photos, tous les contacts de notre agenda, nos SMS, nos échanges d’emails et toute autre pièce jointe… c’est-à-dire tout ce qui est stocké sur notre téléphone, même les informations les plus personnelles et confidentielles.

Dans le pire des cas, nous pourrions perdre le contrôle de nos comptes et mots de passe, ainsi que les données de cartes de crédit que nous avons pu associées à des achats en ligne avec certaines applications.

Pour les entreprises, négliger le nettoyage de tous les contenus des appareils mobiles assignés aux employés pourrait signifier laisser un accès non contrôlé aux données des clients et des fournisseurs, mais aussi risquer de divulguer des informations à propos des contrats et projets, secrets d’entreprise, échanges d’emails et autres informations privées et confidentielles.

La seule manière de nous protéger et de protéger les autres est ainsi d’éliminer de manière permanente toute trace de données numériques. Comment ? Dans la deuxième partie de cet article, nous verrons comment mieux sécuriser la vente de nos appareils !

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *