Go to Top

Dossier sauvegarder ses données : Comment optimiser la conservation des cartouches magnétiques ?

Sauvegarde ses données

Si les cartouches magnétiques se révèlent être les dispositifs de stockage les plus fiables, les plus économiques et sur lesquels les facteurs de risques de détérioration sont parmi les plus faibles, leur tenue dans le temps n’est pas non plus due au hasard; focus sur les contraintes du stockage sur cartouches.

Evolution des moyens de stockage

Notre quotidien a migré la plupart des usages grand public de la cartouche magnétique vers les CD, DVD, Blu-Ray, voire les disques durs et autres clés USB. Côté professionnel, la cartouche reste largement utilisée dès lors qu’il y a un serveur dans une entreprise. Du plus simple lecteur/enregistreur à la salle d’archives automatisée, en passant par le modèle capable de gérer plusieurs cartouches hebdomadaires, les solutions ne manquent pas et ne risquent pas de disparaître avec les nouvelles technologies qui annoncent des capacités record.

Les contraintes de sauvegarde au quotidien

Toutefois, les contraintes de stockage au quotidien et dans la durée nécessitent un soin tout particulier. Le plus important concerne le taux d’humidité et la température. En effet, la cartouche magnétique utilisée peut être faite de plusieurs manières et chaque composant de la chaîne compte, qu’il s’agisse du polymère, de la matière des particules magnétiques et du liant. Les différences hygrométriques et de température peuvent influer sur le comportement des particules (moisissures, phénomène d’hydrolyse, etc.), voire de la tenue mécanique (dilatation du polymère ou du liant, ou des deux pouvant influer sur la densité des particules magnétiques). Les températures de stockage correspondent à celles de caves froides (5 à 10°), celles d’usage à celles d’une température de travail idéale, soit 20°. Avec la dilatation du support par la chaleur, voire de composants de la cartouche, les risques peuvent être mécaniques. De la même façon, utiliser une cartouche trop froide peut aussi être néfaste.

Lire aussi : Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur les cartouches magnétiques

Pour compléter le tableau des risques, celui qui n’est pas négligeable, mais qui doit être totalement éludé dans le cas d’une conservation professionnelle, c’est celui des champs magnétiques parasites ; inutile de stocker les cartouches à côté de haut-parleurs ou de câbles haute tension, ou près de câbles d’alimentation de bâtiments dont l’ampérage peut être très fort (une prince ampère métrique mesure le courant qui passe dans un câble, ce qui signifie que le champ magnétique n’est pas du tout négligeable). Enfin, le cas le moins catastrophique dans le cadre des cartouches de cartouches magnétiques est celui de la poussière et des salissures en général sauf cas le plus grave concernant les salissures : le fait que la cartouche se soit retrouvée noyée. Par ailleurs, lorsque c’est en cours d’utilisation qu’il y a des poussières et salissures c’est qu’il y a un problème dans la manipulation ou dans le lecteur/enregistreur.

Dans tous les cas, même s’il s’est vu des exemples de conservation de cartouches sur plus de 60 ans (en analogique), à la vitesse à laquelle vont les technologies, une stratégie de conservation et de migration des supports est de mise pour s’assurer d’une sauvegarde réellement utile des données.

Retrouvez tous les articles du dossier « Sauvegarder ses données ».

One Response to "Dossier sauvegarder ses données : Comment optimiser la conservation des cartouches magnétiques ?"

  • GFC Expertises Techniques
    13 novembre 2014 - 12:20 Reply

    Il y aurait lieu d’être plus précis sur le champ magnétique créé par un câble : je ne me souviens pas bien de mes cours de physique, mais un courant crée une force de laplace que tout le monde mémorise grâce aux “trois doigts” utilisés comme moyen mnémotechnique pour connaître son sens).

    Pour “capter” ce champ il faut un certain nombre de condition, et la pince ampère-métrique est justement un tore, ce que n’est pas une bande magnétique (du moins pas un bon). De plus le rayon d’action est limité, des blindages en protège, les câbles HT ne sont pas toujours à quelques centimètres des bandes, c’est plutôt rare même.

    Bon donc pour faire peur c’est bien, pour la réalité statistique du risque, je me demande s’il n’y a pas d’autres possibilité comme l’erreur humaine…

    Enfin, personnellement, je constate une baisse de l’utilisation des bandes au profit de technologies moins fragiles. Mais vous avez peut-être des statistiques et des chiffres de vente qui disent le contraires et c’est vrai que cela concerne les petites installations (donc en nombre d’installation, mais pas forcément en nombre de bandes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *