Go to Top

Fusion-Acquisition : quel impact au niveau des données (1/2)

Selon une enquête récente du service d’information du Bureau van Dijk (PDF, 694 Ko), le nombre de rachats d’entreprises (communément qualifiés de fusions-acquisitions ou F&A) augmente de manière significative. L’année dernière, le nombre de rachats d’entreprises a atteint un seuil inédit depuis la crise financière de 2008. La majeure partie des acquisitions ont été faites dans le secteur des services « autres », avec environ 31 000 acquisitions, suivi par l’ingénierie mécanique ainsi que le domaine de la machinerie, des meubles et du recyclage avec environ 11 000 rachats. Les vendeurs en gros et au détail, les banques et les entreprises de l’industrie chimique suivent avec respectivement environ 6 000, 5 000 et 3 800 acquisitions.

Le plus grand nombre de F&A a été réalisé aux États-Unis, pour un montant total de 1,6 milliards de dollars. L’année dernière, la Grande-Bretagne, qui occupe la troisième place, a connu un volume de fusions-acquisitions de 262 millions de dollars, l’Allemagne a atteint les 123 millions de dollars. L’étude montre que des acquisitions globales touchent toutes les industries, quelle que soit la taille de l’entreprise. Ainsi, il ne s’agit pas d’un phénomène qui n’affectent que les grandes sociétés, mais également de plus en plus de PME.

La fusion soudaine de deux entreprises et la nécessité immédiate pour les différents systèmes informatiques de communiquer entre eux peuvent, à juste titre, avoir un impact important sur les départements informatiques. Ici, il est logique d’entreprendre un plan d’intégration détaillé dans lequel toutes les étapes nécessaires sont listées et ensuite traitées. C’est un projet qui peut durer des mois, voire des années, et qui doit être planifié et mené de manière rigoureuse. EMC a créé, pour une telle mission, un livre blanc (PDF, 2,6 Mo) où toutes les tâches nécessaires sont listées en détail ainsi que la manière dont elles affecteront certains employés et départements. Les conseils donnés ici sont également applicables dans le cas de migrations depuis les systèmes d’autres fabricants.

La migration de données Exchange stockées sur cartouches, un véritable défi pour les F&A

Un point important, également mentionné par EMC, est une migration Microsoft Exchange. Lors d’une acquisition, les divers environnements Exchange utilisés ont besoin d’être adaptés dans de nombreux cas. La tâche s’avère encore plus ardue lorsque d’autres systèmes de messagerie sont par ailleurs utilisés, et ceux-là doivent également être alignés et intégrés à une structure unitaire. Le problème avec les F&A réside dans l’ancienne communication mail qui est stockée sur des cartouches magnétiques qui sont, avec un peu de chance, archivées dans un environnement sécurisé.  Ici, il faut, si l’on suit la méthode traditionnelle Microsoft, importer le fichier de base de données Exchange sur un serveur Exchange (qu’il soit existant ou nouvellement conçu de A à Z), effectuer une sauvegarde Exchange, effectuer une récupération, créer une base de données de récupération jusqu’à ce que le fichier de base de données Exchange qui contient le mauvais mail soit trouvé.

 

Lire aussi : Fusion-Acquisition : quel impact au niveau des données (2/2)

 

Cependant, il est également possible de faire complètement l’impasse sur la migration de l’ancienne communication Exchange : si les anciens fichiers de bases de données Exchange ont été stockés sous forme de sauvegarde sur cartouche, il existe des packs de logiciels, comme Ontrack PowerControls, qui peuvent être utilisés comme alternative à l’import des mails précédents sur un nouveau serveur Exchange. L’avantage d’une solution comme celle-ci est que les fichiers de bases de données Exchange peuvent être lus directement avec cette solution logicielle et peuvent être examinés pour trouver des mails et des messages individuels. Avec cette méthode, les anciennes cartouches peuvent encore être stockées dans un environnement sécurisé dans les archives de l’entreprise et ne sont ressorties que si nécessaire – comme lors de batailles juridiques ou pendant des audits internes – et permettent d’avoir accès au contenu sélectionné presque immédiatement. Cette solution a l’avantage de permettre à la fois l’économie du coût de licence Exchange mais également celui du matériel -serveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *