Go to Top

Les grandes tendances de la récupération de données pour 2013

Tendances de la récupération de données

En se basant sur leur expérience et sur les tendances de 2012, les ingénieurs en récupération de données de Kroll Ontrack ont établi leurs prévisions pour l’année. En 2013, les supports de stockage à mémoire Flash (SSD), plébiscités par les utilisateurs pour leur prix en baisse et leurs performances rapides, continueront de gagner en popularité. Mais ils seront aussi à l’origine de problèmes de récupération de données aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises.

En effet, le mode de stockage des données sur les SSD est très complexe, de sorte que la récupération des données est extrêmement spécialisée et chronophage. Beaucoup seront surpris d’apprendre que la récupération d’un seul SSD peut être aussi complexe que la récupération d’un système RAID comportant 8, 16 ou même 32 disques.

Les SSD sont une technologie plus récente et très peu de spécialistes de la récupération de données savent comment gérer les systèmes RAID et les couches de stockage SSD afin de rassembler les données en cas de défaillance. La récupération requiert des outils et logiciels spécialisés, ainsi qu’un investissement important dans la recherche et le développement, du fait que les données sont stockées de manière différente sur chaque SSD. Lorsqu’elles évaluent les SSD par rapport aux disques durs traditionnels, les entreprises doivent prendre en compte la possibilité d’une perte de données et la nécessité consécutive d’une récupération de données plus longue.

Disques SSD mais également plates-formes mobiles et migration vers Windows Server 2012

L’omniprésence des appareils mobiles continuera également de créer des difficultés en 2013, notamment avec les nouvelles plates-formes mobiles telles que Microsoft Surface et Microsoft Office 365 qui encourageront encore plus l’utilisation des tablettes au travail. Les entreprises devront trouver des moyens de s’adapter à cette tendance dans un environnement sécurisé, en attribuant un rôle clé à la récupération et la destruction des données.

La migration vers de nouvelles plates-formes informatiques peut également poser des problèmes pour les entreprises, qui peuvent perdre des données cruciales en cours de route si elles ne prennent pas la peine de sauvegarder correctement leurs données. Une plate-forme mérite d’être surveillée de près : Windows Server 2012 (anciennement Windows Server 8), qui incorporera un nouveau système de fichiers. Windows Server 2012 intègre lui aussi un nouveau système de fichiers (ReFS), ainsi qu’un nouveau système de gestion du stockage (espaces de stockage).

La technologie continue d’offrir une plus grande valeur aux entreprises, en contrepartie toutefois d’un risque pour les données durant la phase de transition si les entreprises ne maintiennent pas des sauvegardes efficaces. Le rôle de Kroll Ontrack est d’anticiper les défis posés par les nouvelles technologies ; c’est pourquoi nos développeurs étudient d’ores et déjà tous ces nouveaux systèmes pour que nos outils les prennent en charge.

2 Responses to "Les grandes tendances de la récupération de données pour 2013"

  • Gilles
    22 avril 2013 - 10:31 Reply

    Bonjour,

    Autant la récupération des données des disques procède de principes connus : changement d’électronique et la miraculeuse salle blanche tant vantée par Kroll ;-), autant, la récupération dans un composant SSD mériterait une aussi jolie histoire que la salle blanche.

    Je vois que ce problème ne vous a pas échappé et que l’histoire commence en début de ce texte.

    Maintenant, rien ne prouve, si les constructeurs ne choisissent pas une architecture électronique particulière par exemple rendant l’accès possible module mémoire par module, que l’on puisse récupérer quoi que ce soit, et aussi longtemps que l’on passe dessus : un composant grillé est grillé !! Allez dessouder un composant…

    Le coup de la salle blanche ne va pas marcher (bien que j’ai déjà vu KROLL utiliser le mot pour un disque SSD !!!).

    Mais que fait le service marketing : on attend le laboratoire miracle ou un microscope electronique permet de “réparer” grâce à son bras robot miniaturisé l’intérieur des puces SSD…

    • Kroll Ontrack France
      23 avril 2013 - 11:02 Reply

      Bonjour,

      Tous les cas de perte de données sur SSD ne sont pas récupérables ; mais beaucoup le sont. Hormis les cas d’incidents logiques (effacement, formatage etc..), les cas les plus courants sont des puces en panne sur le SSD, et plutôt rarement une puce mémoire. Si la réparation (échange de composant) n’est pas possible, il faudra travailler au niveau de chaque puce mémoire, à savoir les dessouder, les imager individuellement, puis reconstituer l’organisation logique du stockage.

      Pas de miracle bien sûr dans certaines situations : par exemple, si le contenu des puces est crypté nativement il n’y a pas grand-chose à faire.

      Si une des puces mémoires est grillée, la récupération est mal engagée mais pas systématiquement impossible. Cela dépendra de l’organisation du stockage (puces en RAID 0, ou autre structure moins pénalisante), de la taille des fichiers à récupérer (plus ils sont gros, plus la probabilité qu’un segment de données manque est importante), et de la rotation « anti-usure » (wear levelling) des cellules mémoire (au moment de la panne, la puce grillée comportait-elle peu ou beaucoup de cellules mémoire au repos). Assez curieusement le wear levelling qui est un des obstacles majeurs à la récupération de données sur SSD devient notre allié en cas de détérioration d’une puce.

      Il faudrait plonger plus avant dans le fonctionnement des SSD pour développer les différents cas de figure, ce qui n’était pas l’objet de cet article introductif au sujet.

      Voici cependant quelques liens intéressants sur le fonctionnement des SSD et de la mémoire flash, http://linuxfr.org/news/les-syst%C3%A8mes-de-fichiers-pour-disques-ssd et en Anglais https://arstechnica.com/information-technology/2012/06/inside-the-ssd-revolution-how-solid-state-disks-really-work/

      La récupération de données sur un SSD est beaucoup plus difficile et plus longue que sur un disque dur magnétique. Nous rêvons aussi de l’outil miracle mais au final nous en restons à l’électronique conventionnelle.

      A titre d’information, pour dessouder les puces mémoires nous utilisons des machines à dessouder/ressouder dans cette gamme de produits http://www.kurtzersa.com/electronics-production-equipment.html

      Nous vous remercions pour votre commentaire.

      L’équipe Kroll Ontrack

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *