Go to Top

Quels hébergements pour les sites Web ? Les accès, la sécurité, l’évolution (Partie 1)

Les sites web regorgent de services interconnectés. Des services Cloud, mais aussi des services qui dépendent directement ou indirectement du système d’information de l’entreprise. Ces sites tissent à eux seuls une véritable toile de liens dont la qualité doit pouvoir être assurée au quotidien et dans la durée.


Quel professionnel n’a pas eu à déplorer des problèmes avec son site Internet ? Problème de disponibilité, problème d’évolution, problème de liberté dans le choix des options, enfermement dans une logique marchande qui privilégie l’hébergeur plutôt que l’hébergé, problème de sécurité, de complexité des accès, de sauvegarde des données et de restauration, de propriété de nom de domaine… Un site Internet doit être pensé professionnellement, à l’image de la structure informatique de l’entreprise. Mais aujourd’hui, ce n’est pas si simple, car gérer un vrai site Web est désormais une activité à part entière.

Héberger un site Web, c’est lui apporter deux éléments fondamentaux

Une adresse sur Internet qui se matérialise par un nom de domaine et une URL unique dont on privilégiera la logique dans un but de référencement de qualité « professionnelle ».

  • L’URL pour « Uniform Resource Locator » se présente comme étant une adresse de type http://www.mondomaine.com ou https://www.mondomaine.com. Le https est la version sécurisée du protocole HTTP (HyperText Transport Protocol) qui sert à transférer les informations d’un site Web vers un navigateur Internet. Le HTTPS nécessite des éléments que nous évoquerons dans la seconde partie,
  • La logique de référencement est la suivante : il faut choisir une adresse URL qui deviendra la « plaque tournante » de l’activité de la société sur Internet. L’intégralité du référencement qui permettra de remonter le nom de l’activité le plus haut possible dans les pages Google, Bing et autres, s’appuiera sur cette adresse qu’il ne faudra surtout pas changer ou perdre. Dans cette logique, il faut toujours privilégier un nom de domaine en propre pour un usage professionnel ou associatif, en s’assurant que le propriétaire du domaine est bien l’entité juridique et son représentant. En effet, on retrouve beaucoup de prestataires professionnels du Web déposant le nom de domaine de leurs clients à leur nom, ce qui créé en général des difficultés de récupération quand le prestataire vient à changer.

 

Lire aussi : Les services résolument professionnels
de l’hébergement Web (Partie 2)

 

Un emplacement de stockage des informations qui composent le site internet, qui n’est autre qu’un programme installé sur un serveur : c’est l’hébergement. Avec l’usage des CMS (Content Management System) qui sont des programmes de gestion de contenus pour le Web, l’usage d’un hébergement s’appuyant sur une base de données de type MySQL (ou autre) s’est généralisé. Les technologies d’hébergement proposées par les prestataires varient largement en fonction des paramètres suivants :

  • Les débits autorisés par mois ou « trafic » : c’est sur ce critère que se trouvent les plus nettes variations de prix en sachant que l’on parle précisément de « trafic sortant » (celui qui part du serveur vers l’internaute). Pour un site classique d’entreprise, un trafic de 60 Go par mois est correct, un trafic de 120 Go montre que le site tourne très bien… Evidemment, si on retrouve beaucoup de vidéos hébergées, cela augmente en conséquence le trafic nécessaire,
  • Le mode de fonctionnement mutualisé ou dédié : les deux grands principes d’un hébergement consistent à savoir si vous avez besoin d’un hébergement relativement classique ne nécessitant pas des aménagements très spécifiques, si vous souhaitez obtenir un trafic particulièrement élevé, une sécurisation très poussée, ou encore un hébergement très sécurisé avec de fortes consommations de trafic. L’hébergement dédié représente concrètement la location ou l’achat de votre propre machine hébergée chez un prestataire,
  • La quantité de stockage : en général les sites Web proposés en entrée de gamme sont rarement sous 10 Go de capacité de stockage, c’est largement suffisant pour la grande majorité des usages,
  • La gestion des bases de données MySQL, MongoDB… : c’est dans ce genre d’option que les hébergeurs peuvent être très différents dans leurs offres. Certains limitent l’usage à un certain nombre de bases de données par hébergement, souvent une ou deux bases pour un hébergement, ce qui se traduit par la limitation possible de certains hébergements. On y reviendra dans la seconde partie. D’autres vont proposer un nombre illimité de bases de données dont la limitation d’usage sera la puissance mise à disposition pour le serveur de bases de données. Il s’agit d’une très bonne solution pour l’hébergement de sites Web de petite ou moyenne importance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *