Go to Top

IBM Z : Comment traiter les transactions chiffrées ?

Augmentation des violations de données

Le nombre de violations de données croît continuellement et rien n’annonce que la tendance va s’inverser. Les cyber-attaques sur des données sensibles et confidentielles touchent de plus en plus les grandes entreprises comme récemment avec Equifax, wannacry …

IBM a récemment lancé un nouveau système qui répond à cette épidémie mondiale de violation des données appelé IBM Z, la nouvelle génération du système de transaction le plus puissant au monde. La recherche effectuée par IBM montre que près de neuf milliards d’enregistrements de données numériques ont été compromises depuis 2013 et que seulement 4% de ces données ont été chiffrées, ce qui signifie que les 96% restantes sont perdues ou détournées par des organisations cybercriminelles. Un rapport publié en avril 2017 par le cabinet de recherche, Juniper Research, montre que les violations des données criminelles pourraient coûter aux entreprises un total de 8 billions de dollars d’ici 2022.

Même si le chiffrement des données détournées est très onéreux, ces investissements pour protéger des données confidentielles ont un impact significatif sur la réputation des entreprises et par conséquent un retour sur investissement positif. C’est ce que fait IBM Z pour répondre à l’épidémie mondiale de violation des données.

Que fait IBM Z ?

  • Gère plus de 12 milliards de transactions chiffrées par jour.
  • Verrouille les données avec un chiffrement AES de 256 bits – le même protocole utilisé dans le chiffrement Web SSL et TSL.
  • Capable de chiffrer jusqu’à 13 giga-octets de données par seconde et par puce, en utilisant environ 24 puces par mainframe.
  • Conserve les données chiffrées, sauf si elles sont activement traitées.

Automatisation de la conformité

IBM Z automatise et rationalise les processus de sécurité et de conformité. Les entreprises sont tenues de s’adapter aux nouvelles lois sur la protection des données telles que le Règlement général de l’UE sur la protection des données (RGPD)  et le Federal Financial Institutions Examination Council (FFIEC), spécialisé dans le secteur des services financiers Américains. IBM Z gère 87 % de toutes les transactions par carte de crédit et près de 8.000 milliards de dollars de paiement par an.

La résilience en entreprises

L’un des principes fondamentaux d’IBM Z est son dévouement à  la résilience après une agonie traumatique. Tout l’enjeu consiste à accompagner la structure en crise et lui faire connaître un nouveau développement, ce qui suppose bien sûr d’accepter et de reconnaître cet état de crise. Cela inclut les virus, les problèmes de connexion réseau, les audits et les réglementations gouvernementales et les risques liés aux catastrophes naturelles. Une étude récente a montré que le recours au chiffrement est un facteur majeur de réduction de l’impact commercial et du coût des violations de données.

Bien que l’investissement dans le chiffrement des données soit coûteux, la décision de protéger des données revient aux entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *