Go to Top

Les services résolument professionnels de l’hébergement Web (Partie 2)

Comment affiner son besoin en service pour un hébergement de site internet professionnel ? L’offre d’hébergement Cloud peut être un déclencheur intéressant pour une alternative à un serveur dédié. Mais elle n’est pas la seule…


Comme nous l’avions vu dans la première partie, les critères de réflexion de base pour un hébergement Web sont assez simples : un site Internet exploitant un CMS peut s’héberger sur n’importe quel type d’hébergement pour lequel il est possible de configurer une base de données type MySQL ou autre MongoDB. Que va-t-il manquer à ces critères ? L’évolution du trafic peut être un point de départ.

L’offre Cloud ou « classique »

Ici, un hébergement Cloud est proposé avec la possibilité de profiter de meilleurs services pour l’hébergement, simplement en payant plus cher… Quels en sont les avantages ?

L’hébergement peut être surdimensionné si nécessaire, ce qui est particulièrement intéressant pour un site d’e-commerce aux périodes d’affluences (Noël, rentrée, Pâques, etc.). L’offre peut aussi évoluer parallèlement à l’augmentation du trafic, facilement perceptible grâce à la console Google Analytics. On note également la possibilité d’utiliser les outils proposés par l’hébergeur pour suivre les ressources « machine » de l’hébergement tels que la mémoire utilisée, les ressources du processeur, la capacité disque, le nombre de requêtes délivrées, le trafic en détails, les pages délivrées par le cache de serveurs (car certains hébergements l’ont), etc.

L’hébergement Cloud possède un avantage de plus, c’est qu’il ne nécessite aucun frais de migration d’un site Internet vers un autre hébergement, ce qui peut faire économiser quelques centaines d’euros dans certains cas.

Les sauvegardes ou snapshot

En option chez les principaux hébergeurs, cette offre permet de récupérer une image complète du ou des site(s) internet. Une solution très utile si le site plante ou devient extrêmement lent à cause d’un virus. La période de conservation des sauvegardes par semaine ou mois ainsi que leur nombre améliorera la visibilité des récupérations possibles. Il existe des plateformes de sauvegarde Cloud qui permettent de réaliser des sauvegardes automatiques directement via un plugin (un « morceau » de logiciel qui s’installe facilement dans le CMS pour ajouter des fonctions) activé dans un CMS de type WordPress, Drupal, etc. Il est cependant impératif de penser à sauvegarder à la fois la base de données et les données contenues sur le dossier du serveur.

La sécurisation d’un site Web

Elle passe par plusieurs règles essentielles à tout système d’information :

  • En cas d’utilisation d’un CMS, s’assurer de la fréquence des mises à jour de version et de sécurisation par la communauté, protéger les accès avec des mots de passe solides, instaurer un nom d’administrateur qui ne soit pas « admin », une base de données dont le nom d’utilisateur n’est pas « root »,
  • S’assurer que les accès FTP soient plutôt SFTP (Secure FTP),
  • Introduire la notion de SSL dans les transactions lorsque les données sont confidentielles. Ce n’est pas une obligation si le site Web utilise lui-même des accès sécurisés à clés de plusieurs centaines de bits vers des plateformes externes qui se chargent d’assurer le transport sécurisé https (SSL) depuis l’identification du site. Cette façon de procéder est largement utilisée par les plugins de CMS, aussi bien pour collecter des emails vers des sites d’emailing sécurisés, que pour accéder directement aux statistiques Analytics sans avoir à passer par la plateforme en ligne de Google. Il est également possible de valider des paiements en ligne de type Paypal ou autres, etc,
  • Dans certains cas, par souci d’économie de temps et d’argent (dans le cas du mauvais choix d’hébergement), les développeurs exploitent la même base de données pour leurs créations et l’hébergement de la base de données d’un CMS : c’est à proscrire car les CMS peuvent souvent être l’objet d’attaques virales très rapidement maîtrisées par la communauté alors que si le virus se propage vers le développement spécifique, les conséquences peuvent être très problématiques,
  • Parmi les choix professionnels qui restent, il y a les langages exploités. On sait que la plupart des CMS exploitent le couple PHP/My SQL mais il peut être nécessaire d’utiliser un hébergement plus spécialisé dans l’exploitation de Python, Ruby, Node.js ou d’autres, pour des raisons d’exploitation optimisée et/ou de cache serveur.

En conclusion de ces deux parties sur l’hébergement Web, on peut avancer qu‘il n’est pas possible d’établir une stratégie efficace en hébergeant gratuitement son site Web professionnel sur une plateforme de type grand public. En agissant de la sorte, l’entreprise pourrait être victime de la disparition pure et simple de l’hébergement suite à un changement de politique commerciale de l’hébergeur, après avoir référencé pendant des années un site Internet dont l’URL va changer, ce qui va le faire disparaître des écrans radar des moteurs de recherche pendant quelques temps….à moins d’investir lourdement dans des systèmes de type Google Adwords, comme tout nouveau site Internet.

Laisser un commentaire