Go to Top

Dossier Smartphones (3/3) : Objets connectés, où vont les données ?

Dossier Smartphones

Les objets connectés envahissent notre quotidien et ce n’est pas près de s’arrêter. Les smartphones en sont leur principal point de contrôle et de commande, le Web un relais presque incontournable pour offrir de nombreux services, notamment vis à vis des réseaux sociaux. Objets connectés, où vont les données ?

Les objets connectés ont pour philosophie de pouvoir être pilotés par un équipement informatique tel qu’un smartphone, un ordinateur, etc. Toutefois, ce qui leur confère réellement la qualité d’être  « connectés », c’est d’être capables d’une manière ou d’une autre d’être reliés en réseau et notamment avec des applications pouvant exploiter Internet pour certains besoins. Un objet connecté est censé apporter un service bien spécifique qui, relié avec d’autres flux d’informations et équipements, contribuera à bâtir un système décisionnel. Un des premiers objets connectés ayant eu tellement de succès qu’il est aujourd’hui dans tous les smartphones : la puce GPS. On a également greffé l’appareil photo dans le smartphone, etc. Toutefois, il y a énormément de fonctions qui ne seront pas inclues dans un smartphone et qui seront pourtant essentielles à la vie connectée. C’est le cas par exemple des thermostats électroniques de chaque radiateur de chaque pièce d’une maison. Cela est tellement vrai que Google vient de a rachetéer à coups de milliards la société Nest spécialisée dans ce domaine… Bref, les objets connectés sont des objets qui diffusent des informations et sont parfois capables de piloter un équipement tiers.

Des pourvoyeurs de Big Data

Lorsqu’un Smartphone collecte des informations en provenance d’un objet connecté, il n’est bien souvent qu’un relais de connexion ou un simple afficheur d’informations qui auront été collectées par l’objet qui les aura lui-même publiées dans un espace privé – ou pas – sur Internet. Pour une application médicale chargée de contrôler le niveau de sucre dans le sang, le rythme cardiaque ou d’autres points sensibles relatifs à votre santé, il est clair qu’il est essentiel que les espaces utilisés pour publier ces informations soient d’ordre privé, et extrêmement bien sécurisés. Il ne s’agit pas qu’une compagnie d’assurance puisse connaître tout votre dossier santé et puisse se permettre de vous accorder ou de vous refuser un contrat en se servant de ces informations.

Il y a en revanche d’autres applications qui apparaissent moins sensibles aux yeux du consommateur ; celles qui permettent de comparer par exemple ses efforts en matière de régime, de sport avec les copains et les copines au travers des réseaux sociaux. Des fonctions que l’on trouve dans les balances connectées, les bracelets connectés, etc. Ces fonctions qui semblent anodines, publiées sur des réseaux sociaux dont les conditions générales d’utilisation indiquent clairement que vos données ne vous appartiennent plus du moment qu’elles sont publiées dessus (services de Facebook et de Google, entre-autres), alimentent des bases de données qui, couplées à toutes les autres informations que vous publiez sur vous, risquent de pouvoir donner des éléments à toutes sortes de compagnies sur la manière de vous vendre de nouveaux services, ou de vous en refuser…

De la même manière, sur certains objets connectés que vous amenez à la maison, rien ne dit qu’ils se contentent uniquement des fonctions qu’ils sont censés délivrer. C’est un peu comme ces fonctions de smartphone dont on ne sait pas comment elles sont utilisées. Bref, pour tout ce qui est des données sensibles relatives à la santé et à la vie privée, autant s’assurer que les données ne vont pas n’importe où à n’importe quel moment.

Retrouvez tous les articles de notre Dossier Smartphones

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *