Go to Top

Palmarès 2016 des causes liées aux pertes de données – Ce que croient nos « clients »

Depuis le mois d’avril 2015, au moment où Kroll Ontrack a mis en place et lancé son outil d’autoévaluation gratuit et anonyme sur ses sites internet mondiaux, près de 10 000 utilisateurs aux quatre coins du monde ont utilisé le service. Avec ce service, les utilisateurs peuvent, simplement en répondant à quelques questions, obtenir des informations précieuses sur ce qu’ils doivent faire lorsqu’ils subissent une perte de données. Lorsque, par exemple, un utilisateur remarque des vibrations anormales, il s’agit en général d’un signe indiquant une détérioration des plateaux tournants physiques et/ou des pièces qui l’entourent à l’intérieur du disque dur. Dans ce cas, toute tentative de lire le disque risque d’endommager davantage les données stockées, et l’outil en ligne affiche un grand signe d’avertissement afin d’arrêter l’utilisation de l’appareil immédiatement et de l’envoyer à une société de récupération des données réputée le plus rapidement possible. D’autres conseils précieux sont donnés lorsque d’autres raisons sont fournies par l’utilisateur. Au total, l’utilisateur peut sélectionner à partir de six sortes d’appareils différents – par ex. un ordinateur portable/de bureau, un disque dur externe ou une clé USB, etc. – et 13 types de symptômes différents pour 4 systèmes d’exploitation différents.

Au cours des six derniers trimestres, grâce à cet outil, Kroll Ontrack a non seulement permis de fournir aux utilisateurs une évaluation rapide et gratuite de ce qui pourrait être la cause des signes de défaillance les plus courants pour le matériel HDD ou SSD pouvant entraîner une des pertes de données citées sur la liste de questions fournie, mais d’obtenir également des informations statistiques précieuses. Après chaque trimestre, Kroll Ontrack publie les résultats des trois mois précédents ainsi que les commentaires des utilisateurs concernant les raisons de leur perte de données dans ce que l’on appelle l’Index des pertes de données (DLI).

Les symptômes les plus courants

La comparaison des conclusions de l’année dernière montre que les deux symptômes les plus courants cités par les utilisateurs en 2016 étaient :

1. Les appareils non détectés
2. Les chutes d’appareils

Les supports non détectés sont passés de 25 pourcent au 1er trimestre à 27 pourcent et 29 pourcent respectivement au 2e trimestre et au 3e trimestre, terminant l’année avec 36 pourcent. C’est une hausse globale de plus de 45 pourcent au cours de l’année dernière. Toutefois, la deuxième place du classement DLI – les chutes d’appareils – est restée constante : bien que les chiffres aient régulièrement baissé de 10 pourcent au 1er trimestre à 9 pourcent au 2e trimestre et 8 pourcent au 3e trimestre, ce nombre est reparti à la hausse au cours du dernier trimestre jusqu’à 13 pourcent. Ceci résulte en une valeur moyenne de 10 % de chutes d’appareils par mois.

Mais qu’entend-on vraiment par symptôme « d’appareil non détecté » ? D’après l’expérience des ingénieurs des salles blanche et laboratoires de Kroll Ontrack aux quatre coins du monde, le problème des supports non détectés est très courant. Un appareil média peut ne plus être reconnu pour de nombreuses raisons, mais les trois raisons les plus fréquentes avec les lecteurs HDD et SSD sont une tête de Lecture/Écriture défectueuse, un contrôleur ou une pièce électronique en panne, et enfin une zone de service – zone d’un disque dur où se trouvent toutes les informations nécessaires concernant le disque – corrompue.

Quels sont les appareils les plus affectés ?

Au cours des quatre derniers trimestres, les appareils les plus affectés étaient les appareils externes ou les ordinateurs portables avec des pourcentages compris entre 31 et 41 %. Les clés USB ont connu des hauts et des bas avec près de 7 % au 1er trimestre, 9 % au 2e trimestre, 6 % au 3e trimestre et pour finir près de 12 % au dernier trimestre. Les serveurs arrivent en troisième position au cours de l’année avec presque 14 % au 1er trimestre, 13 % au 2e trimestre, 15 % au 3e trimestre et presque 10 % au 4e trimestre de 2016.

HDD ou SSD ?

Les résultats montrent un écart considérable entre HDD et SSD en tant que supports de stockage principaux utilisés par les participants à l’outil d’autoévaluation. Les résultats montrent que le HDD a un pourcentage de 76 % au 1er trimestre, puis s’élève à 81 % au 3e trimestre, pour finalement retomber à 78 % au 4e trimestre. Le SSD en revanche a légèrement baissé de presque 10 % au 1er trimestre à 8 % au 4e trimestre.

Cependant, ces chiffres montrent uniquement la distribution des supports de stockage par les utilisateurs de l’outil d’autoévaluation de Kroll Ontrack, et en conclure que le HDD a connu beaucoup plus de défaillances que le SSD serait une erreur. Étant donné que davantage de lecteurs HDD sont utilisés, parce que jusqu’à maintenant ils étaient bien meilleur marché que les lecteurs SSD, le nombre de défaillances des lecteurs HDD est logiquement beaucoup plus élevé. Mais ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que lorsque les lecteurs SSD subissent une défaillance, une récupération des données est beaucoup plus compliquée.

Par exemple, les lecteurs SSD peuvent être touchés par un dommage logique et sont plus susceptibles de complètement écraser les fichiers supprimés avant de les remplacer par de nouvelles données. Les lecteurs HDD peuvent avoir des données supprimées en apparence, alors qu’en réalité cet espace est marqué comme « libre » et est prêt à être remplacé par de nouvelles données lorsque ceci s’avère nécessaire.

Incendie et dégât des eaux – Surprise, surprise…

Comme nous venons de le voir, les appareils non détectés et les chutes d’appareils sont les deux résultats qui reviennent le plus souvent en 2016, en revanche la surprise vient du résultat de deux autres symptômes cités comme causes de défaillance des appareils et de perte de données à l’échelle mondiale : les incendies et les dégâts des eaux. Au cours de l’année 2016, jusqu’à 99 personnes interrogées ont indiqué avoir subi une perte de données à cause d’un incendie. Tandis que Kroll Ontrack n’a recueilli aucune information sur la façon dont ces incendies se sont produits, nos experts en récupération des données ont été surpris par le nombre élevé de cas. De façon intéressante, la majorité de ces événements (76) se sont produits au cours des six premiers mois de l’année, avec des chiffres à la baisse pendant le reste de l’année (seulement 7 incidents ont eu lieu entre octobre et décembre).

Le dégât des eaux était lui aussi une cause récurrente de perte de données – imaginez que vous faites tomber votre smartphone dans les toilettes ou votre ordinateur portable dans un jacuzzi ou dans la mer. Plus de 300 participants ont subi une perte de données de cette manière (ou d’une manière comparable) en 2016, près de deux fois le nombre rapporté de pertes de données causées par un virus, lequel atteignait 171 entrées au total dans notre outil d’autoévaluation.

L’outil d’autoévaluation est utile aux utilisateurs comme aux experts en récupération des données

L’outil d’autoévaluation de Kroll Ontrack permet aux utilisateurs de comprendre rapidement, en toute simplicité et à moindre frais les recours dont ils disposent s’ils sont victimes d’un appareil défectueux. Un autre élément non négligeable, il leur permet de voir ce qu’il ne faut pas faire, certains appareils échappant ainsi parfois à une destruction complète. D’un autre côté, les experts en récupération des données de chez Kroll Ontrack bénéficient des précieuses informations collectées quant au type de problèmes de perte de données auxquels les utilisateurs – lesquels ne sont (pas encore) clients de Kroll Ontrack – font face, et peuvent avec cette appréciation mieux adapter leurs services à la demande réelle en matière de récupération des données sur le marché.

Copyright de l’image: Timur Saglambilek/https://www.pexels.com/photo/analytics-text-185576// Licence CC0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *