Go to Top

Que peuvent devenir les données des réseaux sociaux ?

Réseaux sociaux

1 milliard ! C’est le nombre de propriétaires de comptes Facebook recensés en Novembre 2012. Partie non négligeable des données en transit sur Internet, Facebook n’est pas le seul vecteur, loin de là. Que peuvent devenir les données des réseaux sociaux ?

Peut-on honnêtement penser que les données des réseaux sociaux peuvent finir tels des détritus dans une décharge ? Peut-on imaginer qu’ils s’entassent en décomposition après avoir été malaxés et écrasés ? Bien sûr que non ! Tant qu’elles n’ont pas été éliminées par une logique en général liée aux termes contractuels de votre compte, toutes les actions sur les données et les liens qui ont été tissés entre-elles et celles des autres comptes, restent vivants. Les données réactivées peuvent se retrouver sur le devant de la scène quasi instantanément.

Cela signifie plusieurs choses. Ces données sont exploitables par les tenants du stockage et de l’archivage du site sur lequel vous avez publié et conversé. Ils peuvent en faire ce que vous leur avez permis d’en faire avec les conditions d’utilisation liées à votre compte. Ces masses d’informations peuvent donc être traitées pour faire partie de données marketing qui contribueront à créer de nouveaux produits et services qui vous cibleront mieux…

Est-il possible d’influer sur ces données ?

Oui, si les conditions d’utilisation le permettent. Ce qu’autorise par exemple Facebook. Non, si ces données ont été extraites et traitées par un tiers à un instant T… Imaginez une photo amusante dans un contexte, qui pourrait signifier autre chose hors contexte. Une photo publiée pendant quelques heures seulement qui aurait été copiée et recyclée en base d’information pour le compte d’un tiers sans que vous le sachiez. Vous n’en savez rien, elle peut ressortir à tout moment…

Quand le Web 2.0 s’est mis comme objectif de pouvoir libérer les données pour les exploiter le plus facilement possible pour toutes sortes d’applications, l’initiative était révolutionnaire. Elle a permis cette fabuleuse créativité que l’on trouve dans les réseaux sociaux. Avec le Web 3.0, que peuvent devenir les données des réseaux sociaux ? La différence principale tient dans le fait que l’utilisateur va disposer d’une identité numérique. Elle va lui permettre de contrôler toutes les informations qu’il diffuse lui-même sur les réseaux.

C’est un peu comme si toutes ses données étaient reliées à un fil électrique qui les alimenterait : l’utilisateur pourrait débrancher définitivement, à sa guise, chaque donnée, quel que soit l’endroit où elle se trouverait. Ceci pourrait fonctionner si la copie de l’original était rendue impossible. Donc si toute information pouvant être publiée était obligatoirement porteuse d’un marquage « d’origine contrôlée ». C’est envisageable mais relève d’un processus de régulation et de la volonté politique qui va avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *