Go to Top

Sauvegarde Cloud Hybride (2/2) : Du concret avec Azure !

Cloud Hybride

Nous avons abordé dans une première partie dans une première partie les questions qu’il fallait se poser concernant les backups dans le Cloud Hybride.

Microsoft n’est pas le seul à proposer des solutions de sauvegarde sur un environnement Hybride Cloud. Toutefois, dans un environnement Windows, avec Azure Backup, service membre de la plateforme Cloud Azure, l’intégration en est facilitée par des outils classiques qui se voient dotés d’extensions pouvant servir dans tous les sens : Cloud vers Cloud, local vers Cloud, machines virtuelles, machines réelles…

  • Le propre du Cloud Hybride est de s’adresser au monde professionnel : mixage de ressources externes en Cloud avec des ressources internes à l’entreprise telles que différents serveurs dotés d’applications spécifiques pas forcément simples à porter vers le Cloud pour des raisons de confidentialité, mais aussi de poids de données parfois trop lourds qu’il serait coûteux d’acheminer au quotidien vers le Cloud,
  • Les serveurs internes à l’entreprise (en anglais « on premise »), qu’ils soient utilisés en machines réelles ou en parties de machine(s) virtuelle(s) apportent des services de concentration des données capables de gérer avec précision les droits d’accès aux fichiers, aux serveurs, savent gérer les identités de serveurs : des dizaines, pour ne pas dire des centaines, de services intégrés dans leurs systèmes d’exploitation garantissent la manipulation très complexe des données tout en gardant leur intégrité, leur sécurité et leur sécurisation dynamique,
  • Service de backup des serveurs « on premise » : la procédure de sauvegarde et de restauration gérée par le ou les serveurs qui se greffent au Cloud doit être capable de s’intégrer de manière homogène à l’ensemble des services du système d’exploitation de chaque serveur ou machine virtuelle pour faire partie d’une panoplie totalement compatible avec l’existant,
  • Service de backup des machines virtuelles sur Azure : Azure est une plateforme de services capable, entre autres, d’héberger des machines virtuelles, y compris des serveurs Windows Server opérables comme des machines réelles, voire des Infrastructures : les services de backup Azure fonctionnent comme sur une machine réelle avec un agent installé dessus,
  • Azure Backup s’adresse au monde Windows. L’agent (le programme de gestion du backup) est téléchargeable sur la plateforme Azure. Il est compatible avec les versions 64 Bits de Windows 7, Windows 8, Windows 8.1, Windows Server 2008 SP2 et R2 SP1, Windows Storage Server, Windows Server 2012, System Center 2012, Windows Server 2012 Essentials,
  • Simplicité de mise en œuvre : Azure Backup fait partie des services de restauration des données de la plateforme Azure. La création d’un coffre de données (vault) s’effectue dans la console graphique accessible par un navigateur, comme tous les services Azure (le Powershell est également utilisable). Création du compte, création du coffre de données dans la section Recovery Services des services Azure, téléchargement du certificat pour le serveur à utiliser, téléchargement et installation du client… En option, le client peut stocker un espace de backup sur un disque local puis s’en servir pour l’envoyer dans Azure Backup,
  • Sécurisation, haute disponibilité et rétention jusqu’à 9 ans : Azure Backup utilise le cryptage à la source des données en utilisant soit des certificats classiques, soit des certificats dont les clés sont générées par Azure pour chaque compte. Azure peut assurer la gestion Active Directory de manière classique et propose aussi des services d’AD. Pour la haute disponibilité, elle est de plus de 99,9 %. La politique de rétention peut être assurée pendant 9 ans (l’interface propose de dépasser les 9 ans), un backup global pour un compte doit être inférieur ou égal à 1,7 To. Les backups peuvent être des fichiers et volumes, des fermes SharePoint, des bases SQL, des machines Hyper-V et des serveurs Exchange,
  • Fiabilité par la redondance : Azure Backup permet de réaliser jusqu’à trois copies localisées dans votre région principale, par exemple Europe de l’Ouest (LRS pour Locally Redundant Storage). A cela, il est possible d’ajouter jusqu’à 3 copies de plus s’il y a « géo-réplication » (GRS pour Geo Replication Storage) sur une région secondaire en sachant qu’il y a au moins deux datacenters par région,
  • Le coût des services d’Azure est à la consommation de ressources : de base, s’il n’y a rien à sauvegarder ou presque, le service ne coûtera rien ou guère plus de quelques euros par mois.

 

Inscription Microsoft Azure
Préparatifs Microsoft Azure
Version d'évaluation Microsoft Azure
Tarification Microsoft Azure
Sauvegarde Microsoft Azure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *