Go to Top

Sauvegarder ses données dans le Cloud ?

Cloud computing et sécurité des données

Avec le Cloud ou “nuage” , une question revient systématiquement au premier plan : sauvegarder ses données dans le Cloud est-il une bonne idée ? La réponse est : “Bien sûr que oui !”, mais…

Quand se pose la question de sauvegarder ses données dans le Cloud, il y a en réalité trois questions :

  • Où vont mes données ?
  • Mes données sont-elles sécurisées ?
  • Peut-on avoir confiance ?

Pour les particuliers, voire les TPE, les solutions gratuites sont multiples, et les réponses tiennent bien souvent dans l’usage de Dropbox, Skydrive, Gmail et autres iCloud. Pour les entreprises, ou tous ceux qui veulent avoir une garantie, les considérations sont toutes autres.

L’exemple de la perte de données d’entreprises sauvegardées sur le site “brumeux” MegaUpload a fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause, le site hébergeait des milliers de films pirates en même temps que des données de toutes sortes, y compris d’entreprises. Ces dernières avaient cru pouvoir avoir confiance dans la pérennité de ce site pour y stocker leurs données à bon compte. Elles avaient effectivement commis plusieurs erreurs, surtout si elles étaient Européennes.

Les données européennes sur le territoire Européen

Les préceptes commerciaux du Cloud sont complexes, néanmoins, un document de la communauté Européenne datant de Juillet 2012 (Opinion 05/2012 on Cloud Computing, PDF, 142 ko) est intéressant à plus d’un titre. Contrairement aux idées reçues, la territorialité existe toujours, et les données privées ne peuvent pas être manipulées n’importe comment. Légalement, les entreprises font partie d’un espace commercial règlementé. Les Américains, ou autres, qui veulent vendre leurs services Cloud en Europe sont obligés de respecter les règles européennes en s’implantant dans des Datacenters existants, ou en déployant les leurs sur le sol Européen comme le font Microsoft, IBM, et d’autres, ou encore, doivent appliquer les règles de l’Europe s’ils sont opérateurs de données Européennes sur d’autres territoires.

Pour certaines entreprises utilisatrices de services Cloud, il est même obligatoire d’utiliser des services de sauvegarde en ligne de type Cloud (ou d’externalisation classique) pour satisfaire aux règles de Plan de Reprise d’Activité (PRA) ou de Plan de Continuité de l’Activité (PCA). La raison en est tout simplement la nécessité de préserver la compétitivité, l’emploi, etc. dans un monde où le numérique devient le support de toute l’activité économique.

Bref, la sauvegarde dans le Cloud, oui, mais il faut que le service soit techniquement et contractuellement à la hauteur de ses attentes. La commission Européenne rappelle ce précepte de base du commerce : “c’est le client qui décide de l’allocation de tout ou partie du traitement spécifique de ses données dans des services Cloud”.

Attention : N’oubliez pas de penser que synchronisation ne veut pas dire sauvegarde : en effaçant dans le mode synchronisation, tous les équipements interconnectés à la synchronisation perdent les mêmes données. Sauvegarde, archivage et synchronisation sont trois services très complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *