Go to Top

Les utilisateurs de plates-formes virtuelles victimes de perte de données en raison de leurs propres erreurs

Perte de données virtuelles

La virtualisation reste encore, à l’heure actuelle, un gros problème d’infrastructure informatique dans les entreprises. Au fur et à mesure de la maturité de la technologie, les avantages restent les mêmes : réduction des coûts matériels, réduction du temps de gestion des systèmes d’exploitation invités et des applications et réduction de la consommation d’énergie. Les analystes de marché de Gartner estiment même que les entreprises atteignent déjà un taux interne de virtualisation de serveur de plus de 75%. En effet, toutes les technologies informatiques principales peuvent être virtualisées (calcul, stockage, systèmes d’exploitation, réseaux ou applications).

Pourtant, et même si les hyperviseurs sont devenus de plus en plus performants, il subsiste encore des risques de subir une perte de données. Depuis 2008, lorsque Kroll Ontrack a été le premier à introduire la récupération de données pour les deux plates-formes virtualisées les plus utilisées VMware et Microsoft Hyper-V, il a été rencontré une grande variété de causes de pertes de données.

Dès le début, les experts de Kroll Ontrack impliqués dans des projets de récupération de données liés à la virtualisation ont recueilli des informations et des données sur les raisons qui ont entraîné ces pertes de données, que ce soit à partir d’un système basé sur VMware ou Hyper-V. Ce qui est surprenant, c’est qu’après presque une décennie de virtualisation informatique dans les entreprises, les utilisateurs font presque les mêmes erreurs aujourd’hui qu’à l’introduction de cette technologie.

Des raisons communes pour les pertes de données dans VMware et Hyper-V

Kroll Ontrack a utilisé les données internes de tous ses laboratoires à travers le monde, afin de publier des statistiques sur les problèmes les plus courants qui entraînent la perte de données dans les systèmes virtualisés.

Selon ces chiffres, les cinq raisons les plus courantes sont les suivantes :

  • Machines virtuelles supprimées (40%)
  • Panne matérielle (30%)
  • Échec de migration (10%)
  • Problème avec les instantanés (10%)
  • Autres raisons (10%)

Ces chiffres ne diffèrent que légèrement avec ceux de 2010 : les pannes de matériel / RAID représentaient alors 40% de toutes les pertes de données en environnement virtuel, tandis que les disques virtuels supprimés et / ou les problèmes d’instantanés totalisaient 36%. Ces chiffres montrent clairement que les raisons les plus courantes demeurent presque les mêmes. Ce qui est cependant devenu moins répandu au cours des années, c’est le formatage et les problèmes de réinstallation entraînants une perte de données. Alors que cela représentait 10% de tous les cas en 2010, le chiffre a chuté et n’est à présent que l’une des nombreuses raisons combinées dans les 10% des “autres raisons”.

Ce qui est bon signe, c’est que la perte de données due à l’utilisation de plate-forme de virtualisation de données est devenue une caractéristique moins importante au fil des années. À titre d’exemple, la “Corruption de métadonnées VMFS” représentait 13% et la “corruption de disque virtuel” seulement 1% de toutes les pertes de données “virtuelles” en 2010. En 2016, ces facteurs ont diminué de façon spectaculaire et font parties, eux aussi, des 10 % des “autres raisons”. Cela montre clairement que les logiciels de virtualisation sont devenus de meilleure qualité et plus fiables au cours des dernières années.

Alors que les plates-formes virtuelles deviennent de plus en plus robustes, beaucoup d’utilisateurs les utilisent mal !

Car ce qui n’a pas changé, ce sont les nombreuses pertes de données dues à une erreur humaine.

  • Machines virtuelles supprimées,
  • Échec des migrations,
  • Problème avec les instantanés.

Ces trois points sont des exemples d’erreur humaine. Dans la plupart des cas, c’est l’administrateur informatique qui a simplement pris de mauvaises décisions. Avec les interfaces utilisateur et les panneaux d’administration actuels, la suppression ou la migration de centaines ou même de milliers de machines virtuelles peuvent être obtenus d’un simple clic. Le principal risque réside alors dans le fait que l’action de l’utilisateur est parfois trop rapide ou qu’il ne sait pas vraiment ce qu’il faisait. Il tente alors, après avoir remarqué son erreur, de récupérer les données manquantes en utilisant à l’aide d’outils de récupération.

Comment Kroll Ontrack peut vous aider à récupérer des données dans un environnement virtuel

Depuis près de dix ans, les ingénieurs de Kroll Ontrack ont ​​développé des outils hautement spécialisés pour récupérer les données depuis des plates-formes virtuelles VMware (VMware ESX, VMware Virtual SAN…) ainsi que des plates-formes Microsoft (Hyper-V, Virtual Server, Virtual PC…). Concernant Hyper-V, les chercheurs de Kroll Ontrack ont ​​développé une suite d’outils propriétaires pouvant aider dans presque tous les scénarios courants de pertes de données énumérés ci-dessus.

Comment Kroll Ontrack peut récupérer des machines virtuelles lorsqu’elles ont été supprimées ?

D’abord, nos spécialistes essaient de trouver les pointeurs originaux sur le disque virtuel manquant. S’ils les trouvent, ils reconstruisent les pointeurs jusqu’au disque virtuel manquant et en extraient les données. S’il y a corruption ou si des blocs de données sont manquants, les ingénieurs Kroll Ontrack peuvent extraire les données à l’intérieur du disque virtuel. Enfin, si les pointeurs sont manquants, les ingénieurs numériseront l’ensemble des données pour les partitions qui composent le disque virtuel manquant. Ils regrouperont ensuite ensemble tous les blocs de données identifiés dans le bon ordre afin d’en extraire les données.

Comment Kroll Ontrack récupère des données virtuelles suite à une défaillance matérielle ?

Tout d’abord, tous les lecteurs individuels du système sont imagés en salle blanche. Si certains lecteurs sont détruits, les experts les remplacent et utilisent des outils spéciaux pour reconstruire le RAID ou le système de stockage. Une fois le stockage pratiquement reconstruit, les ingénieurs tenteront de récupérer les données manquantes.

Comment les données virtuelles sont-elles récupérées lorsqu’une migration se passe mal ?

En règle générale, lorsqu’une migration échoue, il faut d’abord examiner la structure interne du stockage source virtualisé, puis reconstruire la machine virtuelle d’origine.

Comment les données virtuelles sont-elles récupérées lorsque les instantanés sont effacés ?

Si des instantanés sont manquants ou supprimés, les spécialistes essaient de trouver et reconstruire les pointeurs originaux afin de traiter les fichiers d’origine. S’ils ne peuvent pas récupérer ou reconstruire les pointeurs, ils récupéreront les blocs bruts de données et les reconstruisent du mieux qu’ils peuvent. Lorsqu’un instantané est corrompu, nos experts utilisent les outils propriétaires Kroll Ontrack pour fusionner le fichier plat avec l’instantané corrompu. Enfin, ils réparent pratiquement tous les fichiers du système qui sont endommagés, puis extraient les données à l’intérieur du disque virtuel et / ou des instantanés pour accéder aux fichiers originaux.

La récupération de données depuis des systèmes virtuels est trop difficile et dangereuse pour les non-professionnels

Comme vous pouvez le constater, la récupération de données à partir de plates-formes et de systèmes virtuels n’est pas une tâche simple. Cela implique beaucoup de connaissances, des outils spécialisés ainsi que beaucoup de temps.

Dans de nombreux cas, plusieurs défis technologiques sont combinés dans un seul projet de récupération de données, en raison des différentes couches de structure de données qui doivent être pratiquement “recréées” pour retrouver l’accès aux fichiers originaux. Par conséquent, il est judicieux en cas de perte de données de rester calme et de ne pas essayer de récupérer les données seul.

Car dans ce genre de situation, les données manquantes sont en fait toujours disponibles sur les disques durs, mais elles peuvent être supprimées pour de bon si la tentative de récupération n’est pas effectuée par un spécialiste.

De plus, il est judicieux d’éteindre le matériel affecté, de sorte qu’aucune application ne puisse exécuter de scripts sur le disque et écraser les données “manquantes”.

Dans tous les cas, il est préférable de contacter un fournisseur professionnel de services de récupération de données comme Kroll Ontrack, immédiatement après l’incident. Les experts peuvent donner des conseils pour se protéger de la perte données en environnement virtuel et une estimation professionnelle de ce que doivent être les étapes nécessaires pour une récupération de données réussie.

Copyright Image : Windorias  / pixelio.de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *