Au fil des dernières années, le prix des disques durs SSD a cessé d'être prohibitif tout en gagnant en capacité de stockage. Reconnu pour sa vélocité, le SSD a rapidement séduit les utilisateurs en quête de performance.

Sa technologie particulière, totalement différente des disques électromagnétiques traditionnels, pose de nouveaux problèmes en cas de perte de données. Voici donc quelques conseils essentiels pour maximiser les chances de récupérer des données sur un disque dur SSD.

Quelles sont les difficultés pour récupérer les données sur un disque dur SSD ?

En cas de perte de données, plusieurs logiciels, puissants et ergonomiques sont à mesure de les récupérer. Ontrack EasyRecovery compte parmi les plus performants du secteur sur le nouveau secteur des disques SSD. Le logiciel bénéficie entre autres des recherches de l'entreprise dans le domaine du stockage et de la récupération de données.

Si la récupération logicielle échoue et n'affiche aucune donnée à récupérer, il est intéressant de faire une mise à jour du firmware pour voir si l'opération résout le problème. Au cas où ces démarches échouent, il faut confier le disque à un laboratoire spécialisé. Il ne suffit plus de lire les plateaux récupérés, mais il faut reconstituer le schéma logique entre les différentes puces, qui peuvent varier en fonction du fabricant.

Pour effectuer un diagnostic, il faudra dessouder chaque élément afin de les lire indépendamment et ainsi voir précisément la pièce endommagée. C'est ainsi que l'on peut espérer reconstituer toutes les données présentes.

Comment récupérer des données sur un disque dur SSD interne ?

Lorsqu'un disque mécanique tombe en panne, il émet bien souvent un bruit caractéristique qui indique que des secteurs sont inaccessibles. Le disque dur SSD au contraire reste silencieux, puisqu'il ne contient aucune pièce mécanique. Seuls les messages systèmes et un ralentissement de l'ordinateur constituent donc les signes annonciateurs d'un problème.

Si le système d'exploitation suggère un formatage, il s'agit peut-être d'un secteur défaillant dans l'amorçage. Il ne faut surtout pas valider le message de formatage pour augmenter toutes les chances de récupérer les données. Si vous mettez beaucoup de temps à lire un fichier, si une vidéo ou la musique saccade à la lecture, des secteurs des puces mémoires sont peut-être en fin de vie. Si le disque dur est tout simplement inaccessible, le contrôleur peut être défaillant.

Bien souvent, l'humidité (accident, condensation…) cause de micro-courts-circuits qui finissent par affecter l'ensemble de l'unité de stockage. Il arrive également qu'une erreur dans le firmware, c'est-à-dire le petit logiciel intégré au disque, qui est en cause dans la panne.

Pour récupérer des données sur un disque dur interne, il convient de le débrancher pour le mettre sur un autre poste de travail en mode esclave, notamment s'il contient le système. Il faudra par la suite faire appel à un logiciel de récupération capable de gérer la technologie propre aux SSD.

Disque dur SSD sur Mac : des spécificités à prendre en compte

Pour les modèles de Mac Pro, il n'y a pas de souci pour tous les formats de disques durs SSD. Pour les derniers modèles de MacBook Pro version Retina par contre, le format est propriétaire. Il faut donc acheter un modèle spécifique si vous souhaitez étendre votre capacité de stockage.

Sur le MacBook Air, le format est moins contraignant puisque tout disque au format 2.5 pouces convient. Le vrai problème se pose lorsque l'unité de stockage au format propriétaire est défaillante. Il faudra un adaptateur pour pouvoir brancher le disque sur un autre ordinateur MAC sur lequel sera opérée la récupération.

Le disque dur SSD SATA : un haut débit de transfert

Disposer d'un disque dur SSD avec une interface SATA offre un avantage certain en termes de performances, tant à la lecture qu'à l'écriture. Le transfert peut ainsi atteindre le double du transfert sur un disque dur mécanique. La copie des petits fichiers n'en sera que plus rapide, et les jeux vidéo n'auront plus besoin d'un montage en RAID 0 pour gagner en vélocité.

En théorie, l'interface SATA peut atteindre 6 gigabits par seconde pour les dernières versions (SATA III), contre 1,5 gigabit par seconde pour le SATA I. Cette performance est bien entendue tributaire du reste de la configuration du PC (carte mère, RAM…).

Démarrez votre récupération de données !

Contactez notre équipe de spécialistes, Kroll Ontrack compte des centaines d'ingénieurs qualifiés à travers le monde pour traiter tous les cas de récupération de données perdues.

0 800 10 12 13 Demande de devis gratuit